Face à l’opposition croissante des internautes envers les messages publicitaires traditionnels et l’utilisation massive des adblockers, annonceurs et agences ont dû faire preuve de créativité. C’est ainsi que ces dernières années, nous avons pu observer une croissance du marketing d’influence dans la stratégie des annonceurs.

 

Convaincus mais pas naïfs pour autant…

 

Cette stratégie qui consiste en l’utilisation de la notoriété et l’image de marque de stars (du web ou d’ailleurs) s’est avérée payante. Elle lui permet aisément de toucher une large audience sans pour autant faire de l’achat média. En effet, ces stars aux millions de followers sur les réseaux sociaux sont un atout indéniable pour le marketing d’influence. Ils disposent d’une communauté qui épie leur moindre faits et gestes. De plus, la plupart de cette communauté est très sensible aux recommandations que peuvent faire ces leaders d’opinion, exerçant une influence dans leur comportement d’achat.

À ce propos, d’après le livre blanc très intéressant de l’Argus de la Presse intitulé “Rôle des influenceurs sur les réseaux sociaux auprès des consommateurs”, on remarque que plus de 70% des personnes qui suivent des influenceurs trouvent ce canal “efficace” pour s’informer sur des produits ou des marques. La problématique pour les annonceurs réside donc dans leur capacité à identifier le bon influenceur pour répondre au mieux aux attentes de leurs potentiels clients.

 

Canaux jugés les plus efficaces pour s’informer sur les produits et les marques

À contrario, on s’aperçoit que 58% des 1000 internautes interrogés jugent les influenceurs comme étant peu ou pas efficaces du tout pour s’informer sur les marques ou produits qu’elle vendent. Ce chiffre s’explique notamment par le fait que les avis de ces leaders d’opinion peuvent parfois être biaisés et opportuns étant donné qu’ils sont rémunérés par une marque pour en parler. Les internautes peuvent aussi parfois ressentir une overdose à l’égard de certaines “stars” qui abusent de hashtags ou de références aux marques dans chacune de leurs publications. Là est l’enjeu principal pour les annonceurs qui doivent tout mettre en œuvre pour faire passer le bon message aux bonnes personnes mais aussi pour les influenceurs qui se doivent d’être crédibles et proposer du contenu pertinent pour leur communauté.

Peu de temps après le lancement des premières campagnes d’influence, on a pu constater que les résultats étaient à la hauteur des attentes placées en termes de visibilité et de portée du message publicitaire.

 

Mais qui sont ces influenceurs et comment opèrent-ils ?

Aujourd’hui, il est impossible d’évoquer le marketing d’influence sans penser aux YouTubeuses beauté telle que la célèbre EnjoyPhoenix aux quelques 3 millions d’abonnés sur Youtube et 4 millions sur Instagram. Elle est la représentation même de ce qui se fait de mieux sur la sphère digitale. Présente notamment sur la célèbre plateforme de vidéos, elle se met en scène dans des domaines tels que la beauté, la mode, le lifestyle ou encore la cuisine.

De nombreuses marques lui ont d’ailleurs fait appel pour améliorer leur visibilité et toucher une cible à l’écoute et prête à s’engager (Rad, L’Oréal, Benefit ou encore Daniel Wellington ci-dessous…)

 

Enjoy Phoenix Instagram

Les sportifs aussi ont la côte

On peut également évoquer les personnages publics plus “traditionnels”, notamment les sportifs et plus particulièrement les footballeurs, qui à défaut de toujours jouir d’une bonne image de marque, bénéficient d’une forte notoriété.

C’est ainsi qu’un sportif comme Antoine Griezmann, très actif sur les réseaux sociaux (Twitter et Instagram en particulier) a pu se retrouver au cœur de la stratégie marketing d’une célèbre marque de rasoirs…

C’est non sans rappeler Éric Cantona qui dans les années 90’ était l’égérie d’une célèbre marque de stylos à billes mais aussi de rasoirs… À croire donc que le marketing d’influence est né il y a quelques dizaines d’années, à l’heure où les réseaux sociaux fréquentés aujourd’hui n’existaient pas encore.

Vous l’aurez donc compris, le marketing d’influence est à la mode et les annonceurs y ont presque tous recours.

 

Millions de followers est-il synonyme de réussite de la campagne d’influence ?

 

Attention ! Une bonne campagne de marketing d’influence ne passe pas nécessairement par des influenceurs aux millions d’abonnés. En fonction des objectifs de l’annonceur, inonder les réseaux sociaux de messages au travers de publications d’influenceurs très suivis n’est pas forcément opportun et nécessaire.

Si le but est d’accroître sa visibilité pour un lancement de produit ou simplement pour sa notoriété, il peut être intéressant de les utiliser. En revanche, pour tout autre objectif, et notamment celui de qui va mener à la conversion du prospect en client, la stratégie de masse n’est pas celle sur laquelle il faudra parier.

 

L’importance du taux d’engagement

Il est évident que plus un influenceur aura de followers, plus grande sera la portée du message publicitaire. Par contre, plus grand sera son nombre de followers, plus il sera compliqué de tous les intéresser et les stimuler. C’est ce que l’on appelle le taux d’engagement et il se calcule en divisant le nombre total d’interactions (clics, likes, partages…) relatives à une publication par le nombre d’individus exposés à cette publication.

Ainsi, plus un influenceur est proche de son internaute, plus le taux d’engagement va être élevé. L’interaction développée entre les deux protagonistes va permettre d’entretenir une étroite relation qui conduira à une meilleure identification à l’influenceur et, par ricochet, à la marque.

C’est donc dans ce contexte que s’inscrit la démarche de “micro-influence” : l’influenceur dispose d’une communauté plus petite et plus spécialisée dans des domaines d’activités qui lui tiennent à cœur. La relation influenceur-follower est plus fusionnelle et davantage qualitative ce qui représente un gage de qualité pour les annonceurs qui cherchent avant tout à faire adhérer et fidéliser son public.

Ce sera justement le thème d’un prochain article qui traitera plus en détails de la micro-influence. En attendant n’hésitez pas à partager l’article s’il vous a plu ! 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *